Procès Travaux des 100 jours: Vital Kamerhe charge Tshisekedi à la barre: « Je suis intervenu au nom du président de la République »

Le procès des travaux des 100 jours a débuté ce Lundi 11 Mai 2020 dans le cadre de la comparution des deux parties concernant l'affaire. Mis en cause par la justice, Vital Kamerhe a été inculpé pour plusieurs chefs d'accusation dont le détournement de fonds publics. Depuis sa cellule à la prison centrale de Makala, le Directeur du cabinet du Président de la république Tshisekedi, tentera de prouver son innocence à la barre. Pour un premier face à face avec les juges, voici ce que Vital Kamerhe déclare.


C'est un Vital Kamerhe différent qui s'est présenté au tribunal ce Lundi. Barbu, l'air fatigué, il n'y a pas nul doute que la prison n'est de bonne augure pour personne. Vital Kamerhe a débuté le procès en surchargeant le Président Felix Tshisekedi dans le cadre des 100 jours. Etant l'instigateur de ce programma qu'il a confié à son Directeur de cabinet, ce dernier estime que tout ce que tous ses agissements émanaient de l'ordre présidentielle: « Nous n'avions pas un Premier ministre. Le chef de l'Etat ne pouvait pas ne rien faire pendant 7 mois. Je suis intervenu au nom du président de la République » A déclaré Vital Kamerhe avant de renchérir: « Je ne dis pas que je suis superviseur. On est une équipe de 9 : Dir cab adjoint, ministre Finances, Budget, gouverneur Banque Centrale, etc.».

Poursuivant sa propre plaidoirie, Vital Kamerhe affirme que le Programme des 100 jours se déroulait sous la bienveillance coordination de l?ambassadeur itinérant du président de la République, Nicolas Kazadi, avant de déclarer n'avoir jamais connu Monsieur Jamal. 

Devant la grande quantité d'éléments dossier d?instruction, la poursuite de l'affaire confié Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe se tiendra le 25 mai prochain.