Urgent ! Une plainte déposée à la Cour Pénale Internationale contre Joseph Kabila !

L’ex-Président de la République Démocratique du Congo fait l’objet d’une plainte envoyé au Procureur de la Cour Pénale Internationale. En effet, au nom des 20 000 victimes, l’association des victimes de Kamuena Nsapu a annoncé le dépôt d’une série des plaintes à la CPI, contre Joseph Kabila et plusieurs personnalités congolaises notamment pour leur silence face à l’ampleur « effrayante » des crimes et leurs contributions lors des massacres de Kamuena Nsapu.

5 longues années se sont écoulées depuis les atrocités perpétrées dans l’espace Kasaï, au centre du pays, par certains éléments de l’armée régulière et la milice Kamwina Nsapu. Causant plus de 20.000 victimes, femmes, enfants et hommes. L’Association des victimes du Grand Kasaï (AVGK) a déposé une plainte contre l’ancien chef de l’État Joseph Kabila, des hauts cadres du régime passé et certains officiers de l’armée et de la police congolaise.

Dans une conférence de presse tenue ce jeudi 16 septembre 2021, cette structure de soutien aux victimes de Kamwina Nsapu est montée au créneau pour lutter contre les graves violations des droits de l’homme commises dans la région du Kasaï et leur rendre justice.

AVGK saisit la CPI contre le sénateur à vie Joseph Kabila en sa qualité de Président honoraire et ex-Commandant suprême des Forces armées de la RDC et de la Police Nationale Congolaise, et de Chef hiérarchique.

Cette association , demande au procureur de la CPI d’amorcer l’enquête dès ce jour dans le souci de faire condamner les bourreaux et complices mais aussi faire reconnaître aux victimes le droit à une indemnisation juste et équitable.

« Entendu que la région du Kasaï a été le théâtre des crimes de guerre et crimes contre l’humanité entre 2016 et 2017 sans qu’aucune enquête sérieuse ne soit menée jusqu’à ce jour en dépit de tous les appels lancés en direction des autorités politiques et judiciaires de notre pays. Qu’après qu’elle ait déposé en 2019 plainte sans succès auprès de l’auditorat général des FARDC via l’auditorat supérieur militaire de Kasaï de Kasaï-central , notre association a décidé et déposé ce jour [Ndlr Jeudi 16 septembre] auprès du bureau du procureur de la cour pénale internationale à la Haye au Pays-Bas la plainte au nom et pour le compte de 20.000 victimes desdits crimes contre Joseph Kabila, Kalev Mutond, Evariste Boshab, Emmanuel Ramazani Shadary, Alex Kande, le général de Brigade Assumani Kumba Issa et consorts« , a annoncé Mulumba Mhyrhand, président de l’association des victimes.
Ce mouvement reproche particulièrement à l’ancien chef de l’État, le fait de n’ « avoir pas pris des mesures conséquentes relevant de sa fonction afin de faire arrêter à temps lesdits crimes , protéger les victimes et faire juger les auteurs et complices » .

Boshab et Shadary quant à eux sont accusés pour leur rôle joué dans « la conduite des opérations de représailles ordonnées à la police et aux services des renseignements sur terrain dans plusieurs , femmes et enfants de villages , accusés à tort comme abritant des résistants et proches de l’opposition politique de l’époque« .

Le communiqué de presse indique aussi que l’ancien gouverneur du Kasaï central Kande Mupompa, a été au centre des réunions organisées pour ordonner le meurtre du chef coutumier Kamuena Nsapu et par la suite des opérations militaires et policières qui avaient été menées dans certains villages considérés comme bastions de l’opposition.

Kalev Mutond pour ce qui le concerne, est traduit à la CPI pour son rôle prépondérant dans la conduite des opérations.