Les vaccins périmés, la RDC désormais sans armes face à troisième vague de la Covid-19

Faute de candidats, les vaccins sont arrivés à expiration au pays de Felix Tshisekedi. La campagne de vaccination a en effet été un véritable fiasco, et le Chef de l’Etat lui-même avait fait part de son profond scepticisme quant à la fiabilité de ces vaccins.

 

Ce mercredi 14 juillet 2021, les autorités congolaises ont déclaré que le Congo-Kinshasa était en rupture de stock de vaccins AstraZeneca contre le Covid.

 “Actuellement, il n’y a plus de doses d’AstraZeneca”; les trois différents lots reçus le 2 mars sont périmés  depuis, respectivement, les 24 et 27 juin ainsi que le 11 juillet. C’est ce qu’a déclaré à l’AFP le Dr Jean-Jacques Mbungani, ministre de la Santé.

Entre le début de la vaccination, le 19 avril,  jusqu’au 11 juillet, 75 789 personnes  seulement ont reçu une injection, dont 2015 ont reçu la deuxième dose, dans un pays de 80 millions d’habitants. On observe en effet une grande méfiance face au vaccin, alors que la campagne a quasiment été sabotée par les autorités.

Une campagne quasiment sabotée

Ainsi, alors qu’il était prévu que la campagne de vaccination soit lancée en grande pompe, en présence du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi ne s’était pas présenté à ce lancement officiel, le 19 avril, ni plusieurs ministres attendus – alors que circulaient des bruits sur leur refus d’être vaccinés eux-mêmes. Seul le ministre sortant de la Santé s’était fait vacciner publiquement, le Dr Eteni Longondo.

Résultat: extrêmement peu de gens se sont présentés pour une injection. En outre, ouverte aux  Congolais les plus âgés seulement, la vaccination ne l’a pas été aux plus jeunes; des trentenaires désireux de se protéger ont ainsi dû faire des pieds et des mains – et verser quelques pots-de-vin – pour obtenir la précieuse piqûre.

Et pendant ce temps, le virus continue de faire des ravages. A ce jour, la RDC a enregistré 45 210 cas de contamination, dont 28 801 guéris et 984 décès.