Justice arbitraire : Libération refusée à Samih Jammal ! L’ACAJ crie à la discrimination

 

Son co-accusé dans le procès des 100 jours, Vital Kamerhe libéré sous condition, Samih Jammal, 80 ans, a également envoyé une requête de mise en liberté provisoire à la Cour de Cassation.
Toutefois encore troubles, il n’a pu bénéficier de la même magnanimité que le leader de l’UNC.
A en croire l’ACAJ, il s’agit ni plus ni moins que de la justice de deux poids, deux mesures.

Pour l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) qualifie cette décision de « discriminatoire ».

A en croire Georges Kapiamba, il est anormal que seul Vital Kamerhe soit bénéficiaire d’une liberté provisoire et non son co-accusé dans l’affaire 100 jours.

« La Cour de Cassation a rejeté sa requête sollicitant la liberté provisoire. L’ACAJ a condamné cette décision. C’est cette même Cour qui a accordé la liberté provisoire à son co-prévenu, Vital Kamerhe. C’est anormal que Monsieur Samih Jammal ne puisse pas aussi bénéficier d’une liberté provisoire pour quelqu’un qui est âgé de 80 ans et qui est malade », a dit le président de l’ONG ACAJ.

Georges Kapiamba qualifie la décision de la Cour de Cassation de discriminatoire et estime que Samih Jammal a le profil pour obtenir la liberté provisoire.

« Il s’agit d’une décision totalement discriminatoire parce qu’il n’est pas concevable que la Cour ait accordé cette liberté provisoire à son co-prévenu alors que lui (Samih Jammal) qui répond à toutes les conditions réelles ne puisse pas en bénéficier », explique-t-il.

Le président de l’ACAJ soutient par ailleurs qu’il est donc clair que « nous sommes là dans une hypothèse de deux poids deux mesures, on ne peut pas accepter ce genre de justice qui change en fonction des têtes de justiciable, c’est inacceptable », s’indigne-t-il.